Aller au contenu

Histoire de la Navarre

Notre association, par ses différentes activités aimerait vous faire apprécier les particularités et les richesses historiques et culturelles de la Navarre.

Cette région en effet :

  • est à cheval, à l’ouest des montagnes des Pyrénées, sur deux pays, la France et l’Espagne;
  • bénéficie de trois langues et est riche de trois cultures (française, castillo-navarraise et basque) ;
  • s’est appuyée, jusqu’au XVIe siècle, sur l’histoire d’un seul royaume : le royaume de Navarre.

Le nom même de notre association (les amis de la vieille Navarre) y fait référence.

L’histoire du royaume de Navarre :

La Navarre s’érigea en royaume en 824, sous l’appellation de royaume de Pampelune. Enneco Aresta fut nommé premier roi de Pampelune. Son territoire d’influence s’étendait à partir de Pampelune vers les vallées de la Navarre orientale et de l’Aragon. Face aux ambitions hégémoniques du pouvoir carolingien et des forces musulmanes, le petit royaume de Pampelune conserva, grâce à l’habileté politique de ses souverains successifs, son intégrité territoriale durant tous les IXe et Xe siècles.

Au début du XIe siècle, la Navarre a un grand roi, en la personne de Sanche III le Grand (1004-1035). Il renforça la frontière avec les Musulmans en vallée d’Aragon et dans la Rioja. Il donna une impulsion déterminante au pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle, en sécurisant notamment les voies d’accès. Les alliances matrimoniales et les relations personnelles nouées par Sanche le Grand le lient aux vicomtes de Béarn, Labourd, Soule, ou encore au duc de Gascogne. Durant son règne, la Navarre est à son apogée.

Tout au long du Moyen Âge, la Navarre dut faire face à des rivalités internes mais également aux ambitions affichées par des puissances voisines, notamment la Castille, l’Angleterre ou l’empire musulman. La croisade contre les Musulmans, qui contrôlaient une grande partie d’Espagne, rythme les avancées et reculs territoriaux de la Navarre durant ces deux siècles. La frontière du Sud est consolidée dès le XIIe siècle avec la prise de la ville de Tudela.

Les différents rois de Navarre soutinrent activement le développement économique, social et culturel de leur territoire. Sanche le Sage (1150-1194) fit rédiger les premiers Fueros de Navarre, régissant les droits et devoirs du royaume, des villes et villages. Les colons de tout l’Occident furent appelés pour peupler leur pays. Des établissements ecclésiastiques s’implantaient à l’image de la collégiale de Roncevaux. Les pèlerins arpentaient les chemins de Navarre pour se rendre à Compostelle.

La branche navarraise du royaume s’éteint avec Sanche VII le Fort en 1234. Des dynasties françaises des Maisons de Champagne, de France, d’Évreux et d’Albret se succédèrent au trône de 1234 à 1512. Administrativement, la Navarre fut divisée en six merindad dont Pampelune, Olite, Estella, Sangüesa, Tudela et Saint-Jean-Pied-de-Port furent les capitales. Sur le plan diplomatique et politique, la Navarre confirma son rôle de grande puissance. Les XIIIe et XIVe siècles consacrèrent l’épanouissement économique et social de la Navarre. Les monastères, couvents et autres établissements ecclésiastiques, tels la collégiale de Roncevaux ou le monastère de Leyre, prospèrent et accroissent leur influence et leur domaine. Des villes neuves sont fondées. Des privilèges furent accordés afin de favoriser l’implantation de population. Bien que secouée par des querelles internes, la Navarre est à l’aube du XVe siècle, un royaume prospère.

Le XVIe siècle marqua un tournant dans l’histoire du royaume de Navarre. Le mariage en 1469 de Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille ouvre les perspectives de l’union de la Castille et de l’Aragon, qui fut réalisée en 1475. Les velléités de domination des Rois Catholiques se portèrent sur le royaume de Navarre. A l’été 1512, Ferdinand d’Aragon donna l’ordre au duc d’Albe d’envahir la Navarre. Cette opération fut couronnée de succès. Les principales villes de Navarre furent soumises. Les souverains de Navarre, Jean d’Albret et Catherine de Navarre, furent contraints de fuir. Malgré de vaines tentatives de reconquête, la Navarre resta aux mains des Castillans. Pour des raisons stratégiques, Charles Quint, successeur de Ferdinand d’Aragon, décida d’abandonner, en 1530, la province Nord d’Outre-Ports et sa capitale Saint-Jean-Pied-de-Port.

Dès lors, le royaume de Navarre fut scindé en deux entités distinctes : une Navarre du Sud et sa capitale Pampelune et une Navarre du Nord et sa capitale Saint-Jean-Pied-de-Port. Ces deux territoires embrassèrent des destinées opposées. La Navarre du Sud fut incorporée à la couronne d’Espagne, quant à la Navarre du Nord (Basse Navarre), elle fut intégrée, peu à peu, au royaume de France, notamment à partir de Henri III, roi de Navarre dans un premier temps, qui devint ensuite roi de France et de Navarre sous le nom d’Henri IV.

Actuellement la Basse Navarre est une des trois provinces basques du nord des Pyrénées intégrées dans le département des Pyrénées Atlantiques, la Navarre du sud est quant à elle une des régions (Comunidad Foral de Navarra) de l’Espagne jouissant d’une autonomie assez large.